Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Hontes

Souffrances, amour, désespoir, moquerie, musique et philosophie... La vie, quoi !

Réflexions poétiques sur la mort de Fabienne Bidaux

Publié le 7 Juin 2016 par Luc in Le mur du temps

Crevé et bouché à la fois, ce damné ciel

Du petit matin, comme moi, rempli de fiel !

Ses nuages ont bien du mal à mettre un pas

Devant l’autre, tels moi qui ravale un sanglot gras.

L’extérieur est plus humide que mon œil rond

Et injecté d’un sang languide, curieux vairon !

Une voix terrible s’impose alors sur l’onde

Radiophonique fraîche éclose, qui vient et sonde

Ma faible envie de poursuivre ce vain chemin.

Fabienne Bidaux enivre ce vain matin.

Sa voix calme, irrésistible vient me chercher

En mes tréfonds inaudibles et bien cachés.

Elle a décidé d’en finir avec sa vie,

Raisonnablement, sans en jouir, qui se ravit

À la déchéance à venir, au préavis

Bien bref désormais, sans ternir… Crèche ravie ?

Entourée de tous ses amis, elle est partie

Mourir en Suisse et j’en frémis, tout abruti.

Les larmes sont venues piquer mes yeux trop secs.

Pour tant de peine alambiquée, à des parsecs

Maintenant de la compassion, à mon cancer

Personnel je porte attention, lui qui me serre

Le cou, le cœur et la poitrine, m’invite à rire,

Me moquer de la latrine qu’est d’entrouvrir

Le pot de la mort au matin blanc de dépit,

Qu’est d’entrecouper de rires bien peu nerveux

La confession au ton hautain de la harpie

Là pour nous rendre malheureux et cafardeux.

Commenter cet article